HISTOIRE DES MAISONS DE POUPEES

(écrits et photos extraits de la collection Maisons poupées et la Maison de poupée Facile des Editions Del Prado)

 

LES DEBUTS

On mentionne des modèles réduits de maisons de poupées dans certaines archives allemandes du XVIème siècle.

L'une de ces sources révèle que la duchesse Jacoba et son fils, le Duc de Bavières, s'intéressaient aux objets miniaturisés : leur collection réunissait maisons de poupées, poupées et modèles divers reproduisant à échelle réduite les villes qui relevaient des possessions ducales.

Certains de ces modèles se trouvent, aujourd'hui, au Musée National de Munich. Malheureusement, l'une des pièces maîtresses de cette collection, le somptueux palais miniature à quatre étages, mis en chantier par le Duc en 1557, fut détruit par un incendie en 1674. On n'en conserve q'un inventaire détaillé incluant cellier à vin, écuries et remise d'attelages ainsi qu'une multitude d'accessoires.

Les premières étapes marquantes de la longue histoire des maisons de poupées et de leur ameublement se situe vers le milieu du XVIIème siècle dans les pays de l'Europe du Nord.

CHEFS D'OEUVRE EN MINIATURE

 

Elle représente une demeure urbaine à trois étages, et vient de la ville de Nuremberg en Allemagne. Cette ville avait, à cette époque et jusqu'avant la Première Guerre mondiale, la réputation d'être la capitale du jouet.

Haute de 2.7 m, elle abrite la cave dans ses fondations, juste au dessus un ravissant jardin : espace clos typique des maisons de ville, à côté une grande salle dont les murs imitent une tapisserie ... A l'étage une cuisine, et des salles à vivre ...

 

Détails de la frise peinte sur le mur imitant une tapisserie :

LA MAISON STROMER (1639) :

La maison Stromer, date de 1639. C'est l'une des maisons anciennes les plus complète, elle apporte un témoignage capital sur l'intérieur des opulentes demeures allemandes.

L'espace de chaque côté de l'entrée comprend quatre pièces, dont une écurie-étable, une cave pour la bière et le vin, des gardes manger, des débarras, et des chambres d'enfant. La cuisine est au premier étage, chose fréquente à l'époque.

Dans ces premières maisons, les cuisines semblent servir autant à exposer les beaux plats en étain, qu'à préparer les repas.

La maison Stromer ne déroge pas à cette règle.

L'une des plus remarquables réalisations du XXème siècle, dans ce domaine, est la maison de poupée conçue par Sir Edwin Lutyens et offerte en 1924 à la reine Mary, épouse du roi Georges V.

Aujourd'hui, la Queen Mary's Dolls'house est conservée dans une vitrine du château Winsdor, en Angleterre.

 

 

LES ARTISANS DU JOUET

Les maisons de poupées étaient fabriquées par différents artisans dans l'art de l'argenterie et du bois. Christoph WEIGEL, dans un ouvrage de 1698 décrit le travail des guildes et explique, que, pour fabriquer ces maisons miniatures, on utilisait à la fois de l'argent (on faisait appel à des orfèvres) et du bois. On faisait appel au graveur d'image, au tourneur ... D'autres éléments étaient modelés à la cire, c'était souvent le cas des animaux, qui étaient ensuite soit peints, soit recouverts de plumes ...

En vérité, il ne se trouve à peu près aucun métier où ce qui est d'ordinaire réalisé en grand ne pourrait être copié à petite échelle.

Les guildes constituaient, au XVIIème siècle, l'équivalent de nos syndicats, et chaque artisan était soumis à un contrôle strict.

Lorsqu'un orfèvre voulait ajouter un bouton en bois au couvercle d'un pot en argent, il n'avait pas l'autorisation de le fabriquer lui-même, il devait s'adresser au tourneur de bouton.

D' UN PAYS A L' AUTRE

La plupart des collectionneurs de maisons de poupées étaient allemands, hollandais ou anglais.

En France, ce n'est qu'à la fin du XIXème siècle qu'apparurent ces maisons miniaturisées.

Quant à leur aspect extérieur, il diffère selon les pays :

Les Allemands s'en servent comme outil pédagogique pour apprendre à leurs filles à devenir de bonnes maîtresses de maisons. Les maisons de poupée avaient tendance à être des jouets éducatifs.

Les riches Hollandais étaient, souvent de grands collectionneurs de porcelaines, de peintures et de beaux meubles miniatures ... Comme ces modèles réduits avaient, généralement, de la valeur, on les disposait dans des armoires ou des cabinets (meubles à étagères sur pied) spécialement conçus pour ressembler le plus fidèlement possible à l'intérieur d'une maison.

Les collectionneurs Anglais des XVII et XVIIIème siècle avaient une optique très différente. Pour eux, une maison de poupée devait être exactement ce que suggérait le nom : une réplique à échelle réduite d'une véritable maison, avec ses murs et son toit.

Toutes ces anciennes maisons de poupées que l'on peut encore voir dans des collections privées ou des musées d'Europe et d'Amérique du Nord ouvrent de fascinantes perspectives sur le style de vie et les modes des siècles passés. Ces maisons miniatures sont de véritables documents historiques.

La maison AUDLEY END, date d'environ 1825

LA MAISON DE POUPEE :

PREMIER JOUET EDUCATIF

Comme nous venons de le voir, les maisons miniatures servaient à enseigner aux jeunes filles, les rudiments de la tenue d'une ménage : elles ont étaient le premier jouet éducatif pour les filles.

Anna KOFERLIN, vivait seule dans ce qui est aujourd'hui, l'Allemagne et qui s'intéressait à l'éducation des enfants, inventa en 1631, une maison de poupée destinée à remplir cette fonction. On a même retrouvé une feuille de publicité, où elle invitait les familles qui n'avaient pas les moyens de posséder leur propre maison de poupée, à leur envoyer leur fille contre rénumération, elle leur enseignerait l'art de la tenue du ménage.

En 1765, Paul von Stetten écrivit : " En ce qui concerne l'éducation des jeunes filles, il faut mentionner les jouets avec lesquels, elles jouaient jusqu'à leur mariage. On les appelle maisons de poupées. Tout ce qui fait partie d'un ménage et qui intervient dans son fonctionnement se trouve reproduit à échelle réduite.

Certaines de ces maisons font étalage d'un tel luxe que le coût du jouet a fréquemment atteint mille gulden, ou davantage.

AUJOURD'HUI ...

Toutes ces maisons de poupées sont de véritables trésors ... et de vrais documents historiques. Elles ont permis d'étudier les modes de vie à travers les époques, et la condition des enfants, par exemple.

Avant que les prix atteints par les ours en peluche, les poupées et leurs maisons au cours des ventes aux enchères ne deviennent littéralement exorbitants, peu de personnes s'intéressaient réellement aux jouets et à leur place dans l'histoire. Leur histoire sombrait le plus souvent dans l'oubli, leurs matériaux livrés à l'abandon, finissait par pourrir.

Encore récemment, en 1977, la collectionneuse Constance Eileen KING écrivait qu'elle avait retrouvé la célèbre maison d'Ann SHARP, à ce jour la plus ancienne maison de poupée de Grande Bretagne, offerte par la reine Anne à sa filleule, dans un triste état.

C'est en 1975 que fut créé à Washington, le Musée de la Poupée et du Jouet.

A cette époque, le seul autre établissement analogue était le Musée privé Vivien Green d' Oxford, en Angleterre.

Mais, depuis quelques années, plusieurs musées ont ouvert leur porte des deux côtés de l'Atlantique en prenant conscience de la véritable valeur historique de ces maisons.

 

 


L'histoire des maisons de poupées ne peut, évidemment ce résumé à ces quelques lignes ... Si vous voulez en savoir plus, il existe de nombreux livres sur le sujet ...

Les maisons de poupées d'Ingeborg RIESSER chez Massin Editeur

Merveilleuses maisons de poupées d'Eaton FAITH aux Editions SOLAR

sur www.mckendry.net,vous trouverez des articles sur les meubles miniatures

à travers les époques ...

 

 

 

 


Webset  by  KissDesign Website